LA PLAGIOCÉPHALIE - DÉFORMATION CRÂNIENNE

Ostéopathie
9/21/2020

Mon enfant a la tête plate, qu'est-ce que c'est?

À noter : Dans cet article, nous ne parlerons pas de craniosténose (craniosynostose), ce qui est une fusion d'une suture crânienne et qui nécessite une prise en charge médicale en première intention.
La plagiocéphalie est un aplatissement asymétrique du crâne, qui peut apparaître dès le premier jour de vie ou quelques semaine plus tard. La déformation crânienne sera souvent associée à un torticolis qui peut être congénital (bébé ne peut tourner la tête que d’un seul côté) ou secondaire (bébé à une préférence de rotation, mais il peut tourner la tête des deux côtés).

De nos jours, un enfant sur trois présente une déformation crânienne positionnelle vers l'âge de deux mois.

Nous notons une augmentation de la fréquence des plagiocéphalies depuis les années 90, suite à une campagne de santé « back to sleep » afin de prévenir le risque de mort inattendue du nourrisson (MIN) qui préconisait de faire dormir bébé sur le dos. Cela à permis de diminuer la MIN, mais parallèlement, à augmenter le nombre de déformations crâniennes.

Comment la reconnaître ?

Pour évaluer la plagiocéphalie, il est nécessaire de regarder la tête de bébé par le haut afin de vérifier si un méplat crânien est présent d'un côté. Plus tardivement, on peut parfois remarquer une oreille plus avancée par rapport à l'autre, un bombement au niveau du front et/ou un oeil légèrement plus petit que l'autre.

Les types de déformations crâniennes :

La plagiocéphalie est un symptôme qui reflète un déséquilibre global chez l'enfant. Cela se manifeste par une déformation de la voûte crânienne causée par des forces extérieures pendant les périodes prénatales et postnatales. Nous distinguons trois types de déformations crâniennes positionnelles, la plagiocéphalie étant la plus fréquente : 


1. La plagiocéphalie :

Lors d'une plagiocéphalie, la tête sera généralement ronde à la naissance, mais se déformera peu à peu au cours des premières semaines de vie. Le crâne des petits bébés étant mou et malléable (les sutures crâniennes n'étant pas soudées) et les muscles du cou étant faibles, les os du crâne peuvent être modifiés par la pression qui y est exercée, surtout si celle-ci est exercée de façon asymétrique sur un côté du crâne plus qu'un autre.

La plagiocéphalie sera décrite comme un aspect en "parallélogramme", avec un aplatissement unilatéral de la base du crâne, accompagné d'un déplacement en avant de l'oreille ainsi que d’un bombement frontal du même côté.

La cause primaire est une préférence de rotation de la tête d'un côté chez l'enfant. Cette préférence de rotation cervicale peut avoir comme origine un torticolis :

- Torticolis posturale : on va remarquer chez ce bébé une attitude en « banane » ou en virgule, sans limitation à la mobilisation passive du dos et des vertèbres cervicales.
- Torticolis musculaire congénital : qui est une attitude cervicale asymétrique permanente depuis la naissance, avec une limitation à la mobilisation passive de certains muscles cervicaux. Le torticolis congénital n'est pas douloureux chez un bébé, mais doit être pris en charge afin de ramener une souplesse adéquate dans le muscle et ainsi, avoir un impact secondaire sur l'asymétrie crânienne.

2. La brachycéphalie : 

La brachycéphalie est un aplatissement symétrique de l'arrière du crâne.

La cause primaire est dû à l'hyperextension de l'enfant à cause d'un reflux gastro-oesophagien (RGO), à des temps prolongés sur le dos, ou encore à un manque de stimulations dans d'autres positions.

3. La dolichocaphalie / Scaphocéphalie : 

La scaphocéphalie présente une tête longue et étroite.

Elle se retrouve le plus souvent chez les bébés ayant fait un séjour prolongée en néonatalogie (prématurité) ou ayant été placée sur le côté de façon prolongée.

Les facteurs secondaires à considérer : 

L'apparition d'une déformation crânienne peut être l'accumulation d'une cause primaire à plusieurs autres facteurs secondaires, causant ainsi une déformation des os du crâne du bébé de façon plus ou moins sévère.

Par exemple, les grossesses multiples, un bébé en position transversale / en siège, ou encore un oligoamnios (trop peu de liquide amniotique) peuvent être des facteurs présents dans la grossesse et qui seront à considérer lors de l'apparition d'une déformation crânienne.

Au cours de l'accouchement, certains facteurs secondaires pourraient être un accouchement long et difficile impliquant ou non une césarienne d'urgence, une circulaire du cordon, l'utilisation d'instruments (forceps, ventouses) pour expulser le bébé, etc.

Lors d'une consultation en ostéopathie pédiatrique, vous serez ainsi questionnée sur votre grossesse et votre histoire d'accouchement afin d'éliminer ou d'investiguer ces facteurs secondaires.

Et l'orthèse crânienne ?

L'orthèse crânienne permet d'éviter tout appui sur la zone aplatie du crâne et aura généralement un effet très positif sur l'évolution de la plagiocéphalie modérée à sévère. Son port est généralement recommandé pour trois mois de façon continue, puis de nuit par la suite. L'orthèse crânienne n'est pas une première approche de traitement et ne s'avère pas indiquée pour toutes les plagiocéphalies. Il reste essentiel d'avoir une prise en charge préalable en ostéopathie afin de travailler sur l’origine du déséquilibre posturale de l’enfant, puis au besoin, en concomitance au port de l'orthèse.

Pourquoi consulter en ostéopathie pédiatrique dès la naissance ?

La plagiocéphalie est de plus en plus étudiée et diagnostiquée, ce qui permet d'agir de plus en plus tôt chez l'enfant. Nous souhaitons en effet avoir un impact sur les os crâniens avant la sutures de ceux-ci, vers l'âge de six mois.

Il est intéressant de faire un bilan en ostéopathie à la fin du premier mois de vie du bébé, afin de rechercher une préférence de rotation cervicale, un torticolis congénital ou un éventuel début de déformations crânienne. Lors d'une prise en charge rapide, la déformation crânienne sera généralement plus rapidement résolue et le degré de sévérité moins élevé.


Références:
Haute Autorité de Santé. Fiche Mémo : « Prévention des déformations crâniennes positionnelles et mort inattendue du nourrisson ». 5 Mars 2020.
Mawji A, Vollman AR, Hatfield J, McNeil DA, Sauvé R. The Incidence of Positional Plagiocephaly: A Cohort Study. Pediatrics. 2013 Aug;132(2):298-304.
Hutchison BL, Stewart AW, Mitchell EA. Deformational plagiocephaly: a follow-up of head shape, parental concern and neurodevelopment at ages 3 and 4 years. Arch Dis Child. 2011 Jan;96(1):85-90.
Van Wijk RM, van Vlimmeren LA, CGM Groothuis-Oudshoorn, et al. Helmet therapy in infants with positional skull deformation: randomised controlled trial. Br Medical J. 2014;348:g2741.
Vlimmeren LA van, Engelbert RH, Pelsma M, et al. The course of skull deformation from birth to 5 years of age: a prospective cohortstudy. Eur J Pediatr. 2017;176:11-21. 11 Argenta L. Clinical Classification of Positional Plagiocephaly. J Craniofac Surg. 2004;15:368-72.